Abou Simbel est l’un des sites touristiques les plus visités d’Égypte. Déclaré site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979, avec la Nubie et le musée en plein air d’Assouan. Il abrite deux temples taillés directement dans la roche sous le règne du pharaon Ramsès II (13e siècle avant J.-C.). Le plus grand est un monument à sa mémoire et le plus petit est dédié à sa femme préférée, Néfertari.

Histoire

Abou Simbel représente deux éléments fondamentaux qui caractérisent les milliers d’années d’histoire de l’Égypte : la richesse archéologique d’un empire unique et l’élan de développement d’un pays pour créer une œuvre hydrographique monumentale. Aujourd’hui, tous les temples qui composent cet ensemble archéologique ne se trouvent pas sur leur site d’origine, mais ils en sont très proches, et ont été reconstruits à l’identique et avec leurs matériaux d’origine. La raison ? Lorsque le Haut barrage d’Assouan, qui a donné naissance à la Le lac Nasser, Il y avait de sérieux risques que ce joyau soit inondé, il a donc été décidé de le déplacer, initiant un projet de relocalisation sans précédent dans le pays où des centaines d’experts de différentes disciplines ont été impliqués pour s’assurer que tout soit réalisé dans le respect de l’authenticité. On pense que le but premier de la construction du temple, outre la démonstration de son pouvoir en tant que pharaon et la revendication de son statut de divinité (comme les empereurs égyptiens se concevaient eux-mêmes), était de commémorer sa victoire à la bataille de Cadès contre les Hittites. Outre l’exaltation de sa propre figure, on y trouve des hommages à trois dieux de l’Égypte ancienne : Amon, Rê et Ptah. À Abu Simbel, Ramsès II est représenté comme un quatrième dieu. La construction du temple a duré 20 ans, de 1284 à 1264 avant J.-C., et l’idée était d’impressionner les peuples nubiens et de ratifier le pouvoir égyptien dans la région. Pendant de nombreux siècles, il est resté abandonné et caché, recouvert par les tempêtes de sable successives du désert, jusqu’à ce qu’en 1813, le Suisse Johann Ludwig Burckhardt décide d’explorer la région et trouve le temple, mais sans pouvoir y accéder. Il a fait part de sa découverte à l’explorateur italien Giovanni Belzoni. Il a découvert une entrée en 1817 et a réussi à y pénétrer, emportant avec lui tous les objets de valeur qu’il pouvait transporter et initiant l’intérêt pour ce joyau qui est aujourd’hui visité par des millions de touristes.

Détails de l’architecture des temples d’Abou Simbel

  • La façade. Elle mesure 33 mètres de haut sur 38 mètres de large, avec la garde de quatre statues représentant toutes Ramsès II, assis sur son trône et portant la double couronne typique de la Haute et de la Basse-Égypte. Chaque statue mesure 20 mètres de haut.
  • Au pied des statues. Près des pieds des quatre géants, il y a plusieurs statues qui n’atteignent pas la hauteur des genoux du pharaon, représentant différents membres de sa famille : l’épouse principale Néfertari, Tuya (la reine mère), Amenherjepeshef et Ramsès (ses deux premiers fils) et Bintanat, Baketmut, Néfertari, Meritamon, Nebtaui et Isetnofret (ses six premières filles).
  • Un phénomène solaire. L’orientation du temple a été conçue de telle sorte que le 21 octobre et le 21 février (c’est-à-dire 61 jours avant et 61 jours après le solstice d’hiver), les rayons du soleil pénètrent dans le sanctuaire situé à l’arrière du temple et illuminent trois des quatre statues assises, à l’exception de celle du dieu Ptah, qui était toujours dans la pénombre car il s’agissait du dieu associé aux enfers. Après la reconstruction du temple, ce phénomène solaire a été déplacé d’un jour dans le calendrier et se produit tous les 22 octobre et 20 février.
  • Le temple mineur. Néfertari, l’épouse préférée de Ramsès II, a son propre temple à Abou Simbel, également taillé dans la roche, au nord du temple principal. Sa façade est décorée de six statues : quatre de Ramsès II et deux de Néfertari, en l’occurrence toutes de même taille.

Comment se rendre à Abou Simbel

Abu Simbel fait généralement partie des croisières sur le Nil en tant que forfait optionnel, mais nous vous recommandons de réserver la visite, car elle en vaut vraiment la peine. Une fois que vous aurez terminé votre visite en bateau à Assouan, vous partirez en bus d’Assouan pour visiter Abou Simbel. Une autre option consiste à voyager en avion, mais cette solution est plus coûteuse et moins intéressante. Et si vous avez réservé une croisière sur le lac Nasser, vous arriverez en bateau.

Horaires

Le meilleur moment pour visiter Abu Simbel est en début de matinée ou en fin d’après-midi, quelques heures avant le spectacle nocturne. Entre 10 heures et 16 heures, la chaleur intense du désert peut rendre intenable les 2 heures minimum nécessaires à la visite des temples. De 6h à 9h du matin est la meilleure option, mais si vous ne pouvez pas y aller le matin, l’autre option est de 15h à 18h. Les heures d’ouverture d’Abu Simbel sont de 5h à 18h. N’oubliez pas d’apporter un chapeau, de l’eau et une protection solaire, trois éléments essentiels.

Prix de la visite

Si vous y allez par vos propres moyens, le prix d’entrée est d’environ 160 EGP pour les adultes et 80 EGP pour les étudiants et les retraités. Si vous voulez prendre des photos, le prix passe à 100 EGP (il n’est pas possible de photographier quoi que ce soit sans acheter un billet pour le faire). Vous pouvez également louer le spectacle nocturne de son et lumière, qui coûte environ 480 EGP.

Photos du temple d'Abou Simbel - Ramsès II

Autres articles qui pourraient vous intéresser...

Temple de Philae

Le culte d’Isis a duré jusqu’au 6e siècle de notre ère, lorsque l’empereur romain d’Orient Justinien Ier l’a interdit. Mais

Temple de Karnak

Le temple de Karnak est le plus imposant de tous les temples qui subsistent en Égypte à l’époque de l’Ancien